Notice: Trying to get property of non-object in /home/energiesx/www/wp-content/plugins/wordpress-seo/frontend/schema/class-schema-utils.php on line 26

Aum3-2013-03-07 19.17.09

« Nous avons chacun
une fréquence vibratoire unique,
notre propre son fondamental
qui exprime notre force vitale et notre nature essentielle …
Nos corps sont comme des instruments de musique
qu’il est nécessaire d’accorder régulièrement » –

Katie Marks

« Le son peut nous amener à des niveaux profonds de notre être, élargir notre conscience et nous mettre en harmonie avec nous-mêmes et avec les rythmes universels.

Toute chose dans cet univers, animée ou inanimée, est faite de vibrations ou de fréquences sonores. Seule une petite part de ces fréquences peut être entendue par l’oreille humaine. Les sons audibles sont des vibrations plus denses, les réflexions terrestres d’une activité vibratoire plus fine et subtile qui existe sur les plans qui sont au-delà du monde physique. En nous accordant à ces vibrations plus subtiles, nous nous rapprochons des royaumes spirituels, de la source de toute création, de notre propre vraie nature, en alignement avec les rythmes de l’univers. Nous commençons à entrer en résonance avec ce qui a été nommé la Vibration Première, le Son Sacré, la Musique des Sphères.

La musique humaine est alors vue comme un pâle reflet de cette musique universelle.

De tous temps, la finalité de la musique et du son a été la guérison et la méditation. La plupart des religions ont utilisé le chant, la musique …….. pour éveiller la conscience …… guérir le corps et l’esprit. …….

Par le son et la musique,

nous pouvons faire l’expérience d’états mystiques, nous pouvons nous harmoniser avec tous ces rythmes, fusionner avec le Son Premier, nous mouvoir dans cet espace au-delà du son, dans le profond silence an centre de tous les sons, au centre de la conscience ……..

Hans Jenny  /  Ernst Chladni  

La preuve la plus remarquable du pouvoir du son a été donnée par un chercheur suisse nommé Hans Jenny. Dans les années 30 en se basant sur les recherches d’un physicien allemand, Ernst Chladni, Jenny prouva scientifiquement que le son pouvait mouvoir la matière et créer des formes et des dessins spécifiques. Il trouva que, lorsqu’il faisait vibrer du sable, des poudres, des liquides et des mastics sur des disques métalliques ou des peaux de tambour , à certaines fréquences audibles ou qu’il jouait quelques notes sur son violon, ces substances inorganiques se mettaient à bouger et formaient des figures géométriques complexes qui imitaient la division cellulaire et les structures parfaites  qu’on retrouve dans la nature, dans les flocons de neige, les cercles concentriques des troncs d’arbres, les cellules des rayons que construisent les abeilles ou les dessins des carapaces de tortue.

Lorsqu’il changeait les fréquences sonores, les formes et les dessins changeaient également. S’il produisait des fréquences plus élevées, moins « solides », il se formait des dessins d’un aspect plus aérien, plus léger, plus éthéré. Alors qu’il faisait jouer des tonalités de plus en plus riches, émergeaient des structures de plus en plus complexes, constamment en mouvement, quoique formant toujours le même dessin. Des fréquences spécifiques reproduisaient toujours les mêmes structures et si les fréquences sonores étaient éliminées, le mouvement cessait.

Ces recherches ont été enrichies de photos et de films. Jenny appelé son travail la « cymatique », l’étude de notre univers en tant que phénomène ondulatoire…

Son œuvre a prouvé scientifiquement que les vibrations sonores créent et soutiennent des formes et des structures, mettent en mouvement la matière, même inorganique, et du chaos font naître des structures ordonnées. Il suggère l’existence d’un son, d’une vibration sous-jacente, qui soutient toute vie, et de laquelle évoluent ensuite des formes de plus en plus complexes.
Hans Jenny étudia également la vibration de la parole, des sons sacrés, du langage, et mit au point un appareil nommé tonoscope pour ses expériences.

Alors qu’il chantait l’ancien son sacré OM dans son appareil, il découvrit à sa grande stupéfaction, que les substances qu’il faisait vibrer formaient un cercle, puis alors qu’il faisait résonner le M, évoluaient en un ensemble de carrés et de triangles concentriques, créant ainsi un puissant mandala, qu’on appelle un yantra, et qui est l’expression géométrique de la vibration sacrée , honorée par la plupart des religions du monde

Les mandalas sont comme des cercles magiques, comme les roues de médecine ……. Il est dit que si l’on médite sur eux, ils peuvent être un passage vers les autres dimensions de la conscience.

OM : si le son d’une seule syllabe peut affecter si profondément la matière inorganique, imaginez comment des mélodies et des rythmes plus complexes peuvent nous affecter.

Peter Guy Manners

Diamant-flamme-canstockphoto0375652

L’ostéopathe anglais Peter Guy Manners, qui poursuivit l’oeuvre de Hans Jenny, découvrit que chaque partie du corps vibre à une fréquence audible spécifique, et que chacune de ces fréquences peut être mesurée, reproduite et ensuite retransmise au corps pour restaurer l’équilibre et la santé dans les zones concernées, touchées par le problème de santé…….

Les recherches ont montré que par l’écoute de la musique ou du Son, .. l’auditeur sent s’élargir sa perception ordinaire du temps … et se fond dans le rythme et la pulsation de la musique ou du Son. Ses battements de cœur et sa pression sanguine commencent à se synchroniser avec la musique. La fusion avec ce rythme ou pulsion dynamique est comparable au sentiment d’unité ressenti dans les états méditatifs et mystiques lorsque le sujet s’unit à la vibration première, à la source suprême.

Les hommes de science et les mystiques semblent être d’accord sur le fait que de fusionner avec ce rythme universel , constitue la clé pour induire facilement des états profonds de méditation ou de guérison.

En termes scientifiques, ce processus est nommé « entraînement rythmique » ou entrée en résonance sympathique.

Le Son, par sa puissance, peut détruire aussi bien que guérir. »
(rappelons nous le film « le tambour »)

Extrait de « Son, vibration et résonance : une force de guérison »
Katie Marks – édition Recto Verseau – Genève – février 1989
Traduit en français par Olivier Stauffer

Votre cadeau Sons audio

Votre cadeau Sons audio

Voulez-vous recevoir notre relaxation sonore : Bols tibétains et bol de Cristal ?
Votre email et cliquez sur je le veux

You have Successfully Subscribed!